Portrait
Débutant

En service civique, Thomas a créé la première appli mobile destinée à vaincre le harcèlement scolaire

Thomas, 18 ans
Entrepreneur en service civique
Vignette
Vignette
Légende
Thomas Torrente
-
Crédits
Unis Cité
Sorti trop tôt du système scolaire, Thomas Torrente, 18 ans, fait partie de ces jeunes révélés à eux-mêmes par le programme d’entrepreneuriat social « Rêve et réalise » lancé par l’association Unis-Cité. Victime de harcèlement au collège, il a réussi à dépasser son traumatisme en montant un projet d’intérêt collectif. Histoire d’une résilience.

En mission solidaire dans le cadre d’un service civique effectué à Unis-Cité depuis octobre 2018, Thomas s’est remis sur les rails. En juin prochain, il lancera enfin le projet essentiel pour lui : une appli mobile destinée aux victimes de harcèlement scolaire. « Je l’ai baptisée Hélé, un jeu de mots entre le verbe “héler”, qui signifie “interpeller quelqu’un pour l’appeler à l’aide”, et les ailes de quelqu’un qui prend son envol », explique-t-il. Numéros d’urgence, fiches-conseils, mise en relation directe avec des professionnels : tout est prévu pour rompre la spirale du harcèlement. Tout ce à quoi le jeune entrepreneur n’a pas eu lui-même accès lorsqu'il y a été confronté

Du harcèlement au décrochage scolaire

Élève de 5e dans un établissement privé parisien, Thomas a été la cible, durant 2 longues années, de brimades de la part de trois garçons. Enfant timide, il se tait et en paie le prix. En échec scolaire, il tente un nouveau départ en rejoignant un internat en Picardie l’année de sa 3e, en 2012. « C’était le paradis. J’ai adoré, mais j’avais tellement de lacunes que c’était peine perdue », soupire le jeune homme. Les notes finissent par remonter, mais la séparation de ses parents entraîne Thomas dans une spirale dépressive. Il quitte l’établissement en milieu d’année 2014 et décroche totalement du système scolaire. Après une courte expérience bénévole dans une maison de soin, il s’enferme avec ses jeux vidéo et envisage de faire du codage son métier. Mais le manque de diplôme le bloque et, sans formation suffisante, il ne peut intégrer la Web académie qui le faisait rêver. 

Un projet d'appli contre le harcèlement scolaire en service civique

Cependant une idée commence à germer : « Je suis persuadé qu'avec une aide appropriée, j'aurais pu être mieux protégé et donc plus à même de suivre ma scolarité », explique-t-il. « Je me suis alors demandé comment concilier mon appétence pour les nouvelles technologies et mon désir profond de vaincre le harcèlement scolaire. » Toujours motivé par l’envie de devenir développeur, il travaille en autodidacte à un projet d’appli. 

Avec sa majorité, en 2018, il décide de postuler à un service civique solidaire et candidate à Unis-Cité, l'association pionnière dans la mise en oeuvre du dispositif. Pendant l’entretien, le feeling passe si bien qu’il ose confier à la coordinatrice son idée d’appli. Il intègre en octobre le programme « Rêve et réalise », spécifiquement dédié aux porteurs de projet, pour passer enfin de l’idée à l’action. « Je n’avais au départ aucun outil pour mener à bien mon projet. J’ai commencé en tâtonnant, par des recherches bibliographiques, puis j’ai envoyé un questionnaire à des élèves de différents établissements, une première phase qui m’a confirmé la pertinence de mon idée », raconte-t-il. « L’appli permettra aux jeunes souffrant de harcèlement de se connecter anonymement pour échanger avec d’autres jeunes, toujours encadrés, et de prendre un rendez-vous en ligne avec un psychologue ou un psychiatre. Le but est que la victime puisse échanger par chat ou par audio via l'application. Et le principe du groupe est d’être ouvert 24 h/24 h, pour une connexion et un soutien immédiats. »

"Aider les autres à se construire dans la confiance et la sécurité"

À Unis-Cité, Thomas suit des formations variées, depuis la prise de parole aux possibilités de financement et aux partenariats, et a même été coaché par des professionnels de grandes entreprises, comme Chanel ou Vinci. « Il faut à tout prix que cette application soit gratuite pour rester accessible à tous. Je vais soumettre mon dossier à l’Éducation nationale, en espérant qu’une porte s’ouvre pour démarrer. Côté trésorerie, je vais également lancer un financement participatif et solliciter des structures ici et là. J’ai bon espoir, car le sujet est primordial et le coût du projet relativement modeste », souligne Thomas.

Aujourd’hui épanoui, il n’a qu’un but : aider les autres à apprendre et à se construire dans la confiance et la sécurité. Loin de la jungle des cours d’écoles et de la loi du plus fort. 

 

Aller plus loin...

Le programme Rêve et Réalise d'Unis-Cité permet aux jeunes de transformer leur projet solidaire en service civique. Parrainés par un entrepreneur social, ils bénéficient d'un encadrement et d'une formation spécifiques.

Pour en savoir plus, rendez-vous ici !

Portrait
Auteur
Nathalie Helal, Kangae

VOIR AUSSI…